Tuesday, August 31, 2010

Do we really need another acronym?

The responsible investment movement has struggled for years with acronyms. The well-meaning folks who coined the term SRI (socially responsible investing) couldn’t imagine the heated debate those three letters continue to generate.

Actually, it’s mostly just the one letter – R for responsible – that causes otherwise sensible people to turn into raving lunatics. How many times have you heard this: If SRI is responsible, does that make all other investments irresponsible?

No is the answer, but it’s a fair question. Nobody wants to be judgmental, but really, isn’t that what investing is all about? Judging which investment vehicles you think will outperform the rest of the pack? Viewed from that angle, SRI is no different than any other investment approach – stocks are chosen from a universe of defined parameters.

Small cap, large cap, emerging markets, global bonds, technology, finance, health-care, water, you name it, there’s a specialty fund for just about everything.

Still, SRI is more than just a specialty or niche fund category, and that’s probably why the debate over the word “responsible” has continued. The institutional investment community neatly sidestepped the issue by adopting ESG (environmental, social and governance). It works, but ESG hasn’t been widely accepted on the retail side.

The latest call for change comes from Matthew Kiernan, author and former chief executive of Innovest Strategic Value Advisors (purchased by Risk Metrics Group and now a part of MSCI), and more recently, founder and chief executive of Inflection Point Capital Partners.

In a recent editorial posted on Responsible Investor, Kiernan proposed the adoption of SAI, or “strategically aware investing,” arguing that “if sustainability concerns could be shorn of their historical, ideological and emotional baggage, we’d all be further ahead.”

Kiernan believes that the “right” acronym “just might alleviate some of both of the intellectual and commercial confusion and anarchy of the current situation.”

“Perhaps if doing so could be rebranded and conceived as simply strategically aware investing, rather than stigmatized or ghettoized as “ESG/RI/SI investing” more institutions and asset managers might actually try it.”

Is there really any solid evidence that the current acronyms used to describe our movement are having a deleterious effect and therefore slowing down the “mainstreaming” of SRI? Could there not be other factors at play, such as the state of the economy and the well-documented advisor road block?

Furthermore, the use of words like “anarchy” to describe a debate over an acronym seems a bit over the top, and I don’t think I’m the only one who thinks that. Every time this issue comes up, my friends in the mainstream investment community almost always say: “Are you guys still arguing about that?”

And it’s a very good point. Don’t we have bigger things to worry about? Of course we do. We may not love it, but SRI is an established and well-known acronym. Advisors and investors understand what it means. My mother understands what it means.

So why muddy the waters with a new acronym, especially one like SAI, which doesn’t exactly roll off the tongue (Would we pronounce is as “sigh”?). I have a lot of respect for Matthew Kiernan - he has established himself as one of the great thinkers in the SRI community. But I’m not sure why he decided to tackle the acronym debate, an issue that should have been settled years ago, and in many people’s minds, already has been. Let’s move on to bigger and more important challenges. There are lots out there. Sigh.

Thursday, August 26, 2010

The gender gap: Investors aim to boost number of women on corporate boards

Corporations around the world should increase the number of women on boards of directors, according to a coalition of global investors managing more than $73 billion (US) in assets, including Canada’s Vancity Investment Management and Bâtirente, who recently issued a joint press release on the topic.

In 2009, GovernanceMetrics International looked at 4,200 global companies, and found that only 9% of directors on corporate boards were women. Canada was slightly better than the average, at 11.3%. Norway led the way at 36%, thanks to laws that require a minimum number of directors from each gender.

“These findings have led a number of mainstream investors to identify gender balance and diversity as a strategic issue in their investment activity", VanCity and Bâtirente said in the press release. “The investors in this new coalition have asked 54 selected companies from across the business spectrum for greater clarity about gender balance within their organizations.”

“We think that companies with diversity on boards, in terms of both gender and experience, are better long term investments, says François Meloche, Extrafinancial Risks Manager, Bâtirente. “There is a correlation between financial performance and board diversity.”

Dermot Foley, Strategic Analyst, Vancity Investment Management, says the problem goes beyond boards of directors, noting that there are no female CEOs in the top 60 publicly-traded companies in Canada. ”A diversity of perspectives on the board and in management leads to better decision-making and improves the quality of governance.”

The coalition members are all signatories to the UNPRI, and this initiative is a response to the Women’s Empowerment Principles recently developed by the United Nations Development Fund for Women and the United Nations Global Compact.

“This engagement shows that gender balance within senior corporate management is not just a social issue but also a shareholder issue”, says UNPRI executive director James Gifford. "In an increasingly complex global marketplace, companies that effectively attract, hire, retain, and promote women are often better equipped to capitalize on competitive opportunities than those who do not.”

Sunday, August 22, 2010

Les actionnaires peinent toujours à obtenir des entreprises des informations utiles et crédibles

par Mamadou Lamine Beye, Groupe Investissement Responsable (GIR)

Chaque année, des propositions d’actionnaires demandent à des entreprises des rapports sur des enjeux environnementaux et sociaux, même si celles-ci ont publié des rapports de développement durable respectant les directives de la Global Reporting Initiative (GRI). Les investisseurs figurent parmi les parties prenantes qui ont mis en place la GRI pour que les entreprises tiennent compte de leurs préoccupations dans leurs rapports de développement durable. En effet, Ceres, un vaste réseau d’investisseurs, fait partie de ceux qui ont été à l’origine de la GRI. Les entreprises qui sortent des rapports de développement durable respectant les directives de la GRI devraient donc y traiter les enjeux qui préoccupent les actionnaires. Par conséquent, ces derniers ne devraient pas avoir besoin de demander des rapports supplémentaires sur des enjeux sociaux ou environnementaux particuliers.

Nous allons essayer de comprendre pourquoi les actionnaires continuent de demander des rapports sur des enjeux environnementaux et sociaux à des entreprises qui disent respecter les directives de la GRI, et pourquoi ces entreprises continuent de répondre que les rapports demandés sont inutiles, qu’ils ne feraient que reprendre des informations déjà publiées et qu’ils engendreraient un gaspillage de ressources.

Les entreprises qui ont sorti des rapports de développement durable ne respectant aucune directive sont visées par des propositions d’actionnaires demandant des rapports spécifiques; ces propositions peuvent se justifier par des lacunes dans les informations transmises et le manque de crédibilité de ces informations. Par contre, les propositions requérant des rapports à des entreprises qui ont publié des rapports de développement durable suivant les directives de la GRI soulèvent trois questions:

1. Est-ce que le rapport demandé est redondant si l’entreprise respecte les directives de la GRI, comme le dit très souvent le conseil d’administration?

2. Est-ce que l’entreprise respecte les directives de la GRI comme elle le prétend?

3. Est-ce que les directives de la GRI couvrent vraiment les préoccupations des

Pour donner des éléments de réponse à ces questions, nous avons examiné 44 opositions à caractère environnemental visant 37 entreprises nord-américaines ayant publié des rapports de développement durable suivant les directives de la GRI, analysées par le Groupe investissement responsable en 2009. Pour évaluer l’utilité du rapport demandé par les actionnaires, nous avons utilisé deux critères, soit la disponibilité de l’information et sa crédibilité. Pour le premier critère, nous avons regardé si l’information demandée est présente dans les différentes publications de l’entreprise. Nous avons par ailleurs utilisé les niveaux de qualité fixés par la GRI pour évaluer la crédibilité de l’information.

Pour le premier critère, nous avons trouvé que certaines informations demandées par des actionnaires sont soit irréalistes, soit déjà disponibles dans les documents publiés par l’entreprise ou dans d’autres documents. Par exemple, le Free Enterprise Action Fund demandait à Exelon de décrire et d’examiner comment les mesures prises par l’entreprise jusqu’à maintenant pour réduire son impact sur les changements climatiques ont influencé le climat en général en termes de température, d’événements indésirables liés au climat ou de désastres évités. La complexité du système climatique rend quasiment impossible la disponibilité de ces informations à l’échelle de l’entreprise. Elles doivent plutôt être cherchées dans les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Dans ces cas, le conseil d’administration a bien raison de dire que le rapport demandé est inutile.

Concernant le deuxième critère, nous avons trouvé des niveaux de crédibilité variables. La GRI a établi trois niveaux de qualité pour les rapports produits en suivant ses directives. Le niveau A est le plus élevé, suivi du B et du C. L’ajout du signe « + » indique que le rapport a été vérifié à l’externe. Ainsi, A+ représente la meilleure qualité et C, la pire. Cependant, un rapport de niveau
C est jugé plus crédible qu’un rapport n’utilisant pas du tout les directives de la GRI. Dans ces cas, il est pertinent que les actionnaires demandent des rapports supplémentaires si la qualité du rapport de développement durable de l’entreprise n’est pas satisfaisante.

Il a été paradoxal de constater que Dow Chemical, dont le rapport de développement durable a un niveau de qualité A+ de la GRI, soit visée par la même proposition depuis trois ans. En 2007, 2008 et 2009, la proposition a obtenu l’appui respectivement de 22, 23 et 29 % des voix. Malgré l’insistance des actionnaires et leur préoccupation croissante par rapport à cet enjeu, l’entreprise refuse de leur fournir une information satisfaisante portant sur l’efficacité de ses efforts pour dépolluer les alentours de l’installation de Midland. Cela montre qu’une entreprise peut respecter les directives de la GRI, tout en ne fournissant pas à ses actionnaires des réponses à leurs préoccupations. Donc, ces directives ne sont pas toujours adaptées aux enjeux qui préoccupent les actionnaires. Les indicateurs peuvent être assez généraux par rapport aux précisions que réclament les actionnaires. Par exemple, les directives demandent aux entreprises de fournir des initiatives de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), alors que de plus en plus d’actionnaires demandent plutôt des objectifs quantitatifs de
réduction de ces émissions.

Nous pouvons retenir de notre analyse que les demandes d’actionnaires peuvent être impertinentes ou inutiles, lorsque l’information est déjà disponible dans les documents de l’entreprise ou ailleurs, comme le clament souvent les conseils d’administration de certaines entreprises. Plusieurs sociétés qui prétendent respecter les directives de la GRI le font avec des niveaux de qualité variés, qui ne répondent pas nécessairement aux attentes des actionnaires. Or, ces derniers ont justement participé à la mise en place de ces critères pour que les entreprises couvrent leurs préoccupations dans leurs rapports de développement durable. Le fait qu’une entreprise dont le rapport de développement durable est préparé avec le meilleur niveau de qualité de la GIR n’arrive pas à répondre aux questions que se posent les actionnaires pendant trois ans montre qu’il y a une limite à considérer ces directives comme un signe de transparence et de crédibilité de l’information fournie par les entreprises.

Les actionnaires semblent avoir compris ces limites et demandent aux entreprises de participer à des modes de divulgation spécifiques, comme le Carbon Disclosure Project (CDP), le Forest Footprint Disclosure Project et le Water Disclosure Project. Toutefois, des entreprises clament tout haut qu’elles participent par exemple au CDP, tout en ne fournissant que le minimum d’informations. Certaines omettent même leurs émissions totales de GES dans leurs réponses au CDP. En attendant que les actionnaires trouvent les moyens qui permettront la divulgation des informations en quantité et qualité suffisantes pour toutes les entreprises, les signes de transparence comme les logos de la GRI et du CDP profitent à certaines entreprises qui, malgré leurs lacunes en matière de transparence, les affichent sur leurs rapports pour répondre à des exigences de certains investisseurs et clients responsables.

Mamadou Lamine Beye est un analyste en environment à l'équipe GIR à Montréal.